vendredi 19 avril 2013

Laiyna, de Hausman et Dubois, jalon oublié de la bande dessinée fantasy franco-belge




René Hausman fait partie de ces auteurs discrets de la bande dessinée franco-belge.  Actif au sein du magazine Spirou depuis les années 60, il reste pourtant relativement méconnu du grand public et son influence sur toute une génération d'auteurs reste négligée. A titre d'exemple, Frank Pé n'a jamais caché l'admiration qu'il lui porte, jusqu'à en faire l'oncle/mentor de Broussaille dans Les sculpteurs de Lumière. J'ai également toujours senti une forte influence hausmanienne chez Claire Wendling.
 René Hausman fait son entrée dans Spirou en 1958 par l'intermédiaire de Raymond Macherot. S'il y publie quelques bandes dessinées (Saki et Zunie), il se fait surtout remarquer par ses rubriques naturalistes comme son Bestiaire. Ces rubriques récurrentes lui permettent de déployer son formidable talent d'illustrateur. Mais durant les années 70,  le journal se recentre sur la bande dessinée et ses contributions se raréfient. Il s'éloigne un temps de la bande dessinée et rejoint même un groupe musical traditionnel wallon, Les Pelleteux. Mais l'amour du dessin est le plus fort et il fait son retour dans Spirou par l'entremise du Trombone Illustré. Ensuite, il s'associe avec Pierre Dubois pour animer une nouvelle rubrique: Le Grand Fabulaire du Petit Peuple et pour donner naissance à une nouvelle héroïne: Laiyna.
Malheureusement, avec le recul, il semble que Dupuis n'a pas su quoi faire de cette série étonnante. D'abord insérée en supplément détachable du Spirou n°2488 du 17 décembre 1985, La Forteresse de Pierre sera publié une première fois en album cartonné en 1987. Le deuxième épisode des aventures de Laiyna,  Le Crépuscule des Elfes, sera intégré à la toute jeune collection Aire Libre. Par la suite, La Forteresse de Pierre sera intégrée à Aire Libre. Finalement, ces deux tomes quitteront le catalogue pour être remplacés par une Intégrale. Une vie éditoriale assez chaotique. 

 
En effet, Laiyna ne ressemble guère à ce que Dupuis avait l'habitude de publier. Elle  était en avance sur son temps. Hausman et Dubois anticipaient la déferlante fantasy des années 90 qui continue de remplir les rayons de bandes dessinées, avec plus ou moins de bonheur.  La fantasy était  alors un genre très peu développé en bande dessinée. La Quête de l'Oiseau du Temps était seulement en cours de parution, alors que La Légende des Contrées Oubliées, autre pionnier de la bande dessinée fantasy,  n'a pas encore vu le jour. Il n'y avait  guère que Thorgal qui pouvait être considéré comme une série fantasy à succès.
René Hausman
En fait, la fantasy en bande dessinée semblait ne se décliner que dans l'humour, à travers des séries comme IznogoudJohan & Pirlouit, Foufi ou les Schtroumpfs. Il faudra d'ailleurs le soutien de Philippe Vandooren pour que Laiyna et Le Grand Fabulaire du Petit Peuple puissent voir le jour.
Laiyna fait donc partie des précurseurs de la bande dessinée fantasy franco-belge. Son importance est sans doute sous-estimée parce qu'Hausman a toujours privilégié une signature très personnelle, qui ne cadre pas vraiment avec l'imagerie fantasy qui s'est imposée par la suite. Sa fantasy est très terrienne, marquée des traditions et légendes ardennaises. Son dessin est brut, organique, très rond. Son petit peuple a le charme des santons ardennais. Il se dégage de Laiyna une atmosphère chargée de senteurs forestières, d'odeur d'humus, de sous-bois... il n'y a pas ce côté trop propret qui est la plaie de la bande dessinée actuelle.
L'histoire en elle-même reste très classique et le scénario souffre sans doute de l'inexpérience de l'elficologue Pierre Dubois, qui peine parfois à donner du rythme à l'ensemble. Dans un monde moyen-âgeux, les parents de Laiyna sont tués par les soudards du Seigneur Vurthe, tyran régnant d'une main de fer depuis sa forteresse de pierre.  Avant de mourir, la mère de Laiyna confie son enfant à la Bête, créature vaguement humaine, qui confie à son tour la petite Laiyna au Petit Peuple. Elfes, gobelins, fées et nain l'élèvent et l'initient aux mystères de la nature. Devenue adulte, Laiyna va mettre l'équilibre de ce monde en péril pour venger la mort de la Bête, qui a été tuée par Vurthe.

 
Si le scénario joue de motifs classiques, il ne manque malgré tout pas d'attrait et comporte quelques beaux moments d'émotions, comme le calvaire de la Bête, particulièrement intense. Par contre, l'intrigue semble parfois avancer au pas de charge, semant parfois des éléments qui semblent ensuite abandonnés, comme Jol, homme-esclave rencontré dans le second tome. Il ne fait que passer dans l'intrigue, mais prend trop de place pour une simple silhouette. A se demander si les auteurs n'avaient pas d'autres ambitions pour lui (lors d'un troisième tome qui ne vit jamais le jour ?)
Une oeuvre-jalon, selon moi, sans doute  inférieure aux collaborations entre Hausman et Yann (essentiellement Les 3 Cheveux Blancs, une absolue merveille), mais qui mérite d'être redécouverte.

1 commentaire:

  1. Bravo pour votre analyse très fine de ce petit moment de magie offert par MM. Hausman et Dubois... J'ai découvert cette BD à quatorze ans, en vacances dans un coin perdu des Cévennes. Alors abonné à Spirou, je découpais religieusement chaque semaine les pages illustrées par Hausman pour en constituer des livres (Laiyna, Le grand fabulaire du petit peuple...).
    Je n'ai jamais compris pourquoi un illustrateur du talent de M. Hausman n'a jamais pu obtenir la reconnaissance et le rayonnement qu'il mérite.
    Laurent.

    RépondreSupprimer